Sibyl

13 juin 2019 - 84 vues

Une réalisation de Justine Triet, avec Virginie Efira, Adèle Exarchopolos et Gaspard Ulliel. Sibyl est psychanalyste, après avoir été romancière. Lorsqu'elle choisit de retourner à l'écriture, elle va devoir quitter ses patients, pour n'en garder que quelques-uns. Mais une jeune actrice, Margot, la supplie de la recevoir et de l'aider, car elle s'est mise dans une situation compliquée, qui perturbe le tournage du film dans lequel elle joue. Sibyl, fascinée, l’enregistre secrètement. La parole et les tourments de sa patiente nourrissent son roman, mais la replongent dans les épisodes marquants de sa vie amoureuse passée, et se retournent contre elle.

L'idée est vraiment intéressante, d'une psychanalyste qui s'approprie le vécu amoureux d'une patiente pour alimenter son projet d'écriture, en se plaçant hors de tout cadre déontologique, alors qu'elle a elle-même une personnalité complexe. Sibyl acceptant de rejoindre Margot sur le site du tournage du film, loin de tout, sa patiente l'entraine dans un rôle et des situations de plus en plus troublantes, mêlant la fiction du film en cours de tournage et la réalité. Si les acteurs, le film terminé, semblent reprendre pieds dans la réalité, Sibyl, elle, s'est laissée envahir par la fiction, et sort de l'aventure déstabilisée et blessée, comme d'une thérapie douloureuse. 

Le sujet du film est grave : oublier l'éthique, transgresser les règles, peut-il se justifier pour accomplir une œuvre artistique, et surtout se réconcilier avec son passé ? Quitte à interférer dans la vie d'une patiente, dans la vie de son entourage, à se perdre soi-même ?

Les critiques Presse sont positives, qui qualifient le film de magnifique, de tragi-comédie admirablement construite et réalisée, le personnage de Virginie Efira de vraie femme d'aujourd'hui, qui révèle toute l'étendue de ses talents dans ce portrait de femme explosive et douloureuse, et vont jusqu'à évoquer Cassavetes et Tennessee Williams pour la complexité de l'intrigue.

Ce qui est sans doute excessif, car certains spectateurs n'ont pas apprécié ce film, qu'ils jugent compliqué et artificiel, supposant que la réalisatrice avait besoin de le réaliser pour se débarrasser de ses propres névroses, en voulant mélanger psychanalyse, création littéraire et création cinématographique.

Allez-vous faire une idée par vous-mêmes, sur ce film foisonnant, séduisant pour certains, artificiel pour d'autres, et en tous cas fort bien joué et bien filmé. Les images  de l'île de Vulcano, en Méditerranée, proche de la Sicile, sont sublimes.

Martine

Projections au Ciné Islais

Vendredi 14 juin : 18h00

Samedi 22 juin : 21h00

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article