Covid-19 : émission spéciale du vendredi 22 janvier

22 janvier 2021 - 2260 vues
Télécharger le podcast

Vendredi 22 janvier 2021, le vaccin est en rupture de stock ! On en parle dans notre émission spéciale hebdomadaire consacrée à la crise sanitaire en cours, avec :

- Bruno Noury, maire de l'Ile d'Yeu

- Dr Pierre Viguier, médecin responsable du centre de vaccination

Avant de parler des vaccins, commençons par la situation sanitaire actuelle sur l'île. Cette semaine encore, environ une cinquantaine de tests ont été réalisés et ont permis de déceler un cluster de 6 personnes positives, avec peu ou pas de symptômes.

Une circulation virale qui augmente également dans les eaux usées avec un taux de virus atteignant 22.000 dans les analyses de lundi, alors qu'il était descendu à 3.000 la semaine d'avant.

Concernant la vaccination, elle a été effectuée dans les EHPAD, et devait s'ouvrir maintenant aux plus de 75 ans. Malheureusement, tous les centres de vaccination de Vendée ont dû fermer leurs portes par manque d'approvisionnement de vaccins, ce qui a énervé Bruno Noury et les autres maires vendéens qui avaient dû mettre en place leurs centres en urgence.

M. Le Maire est très remonté contre Olivier Véran, le ministre de la santé, il se dit "outré de la manière dont on a été traités". Il explique que ce dernier a accusé les maires d'avoir voulu surcharger les rendez-vous de vaccination, en leur assurant que les vaccins seraient bien disponibles en quantité, avant de finalement n'accorder que 4 flacons par semaine, donc 12 personnes vaccinables ! Pour l'île d'Yeu, il faudrait donc une année entière pour pouvoir vacciner seulement les plus de 75 ans ! "c'est insupportable de nous pointer du doigt, alors qu'on a dû organiser les centres en 36 heures, avant de tout arrêter", s'indigne Bruno Noury, en espérant que la lettre ouverte rédigée avec les autres maires portera ses fruits (voir ci-dessous).

Quant au docteur Viguier, il se dit attristé et dépité. Il rappelle également à la population de ne pas encombrer les différentes lignes téléphoniques de l'hôpital, du centre de santé ou de la mairie pour demander des informations sur la vaccination car ils n'en ont pas eux non plus. En attendant, le peu de doses qui arriveront sera utilisé pour le personnel médical, les pompiers et la SNSM, et seulement après pour les plus de 75 ans.

Commentaires(1)

Connectez-vous pour commenter cet article
Claude85, il y a 1 mois
Comment les priorités seront elles définies pour les plus de 75 ans : par tranche d'age décroissant, par le copinage, par l'ordre alphabétique, par les premiers arrivés sur les sites, par la longueur de la queue à l'hôpital ? Ce serait bien de donner des régles claires.