Un peuple et son roi

17 octobre 2018 - 55 vues

C'est un film français réalisé et écrit par Pierre Schoeller. Interprété, entre autres, par Adèle Haenel, Olivier Gourmet, Laurent Lafitte, Louis Garrel et Gaspard Ulliel, il retrace la Révolution française à Paris de la prise de la Bastille à l'exécution du roi.

En 1789, un peuple est entré en révolution. Le réalisateur veut nous le faire écouter,  que dit le peuple, que veut le peuple, à ce moment où le quotidien n'est plus supportable. Sur l'écran se croisent et se bousculent les destins d’hommes et de femmes du peuple, dont on n'a pas retenu les noms, et de personnages historiques, restés dans les mémoires, avec leur passion et leurs discours remarquables. Leur lieu de rencontre est la toute jeune Assemblée nationale. Au cœur de l’histoire, il y a le sort du Roi pour que vive la République… Le réalisateur fait une démonstration par tableaux successifs, alternant la parole du peuple, et la parole des parlementaires, et une montée en tension jusqu'au choix, à la décision finale de la mort du roi.

Fresque historique et lyrique impressionnante, avec des rappels des grands tableaux  de David, et une vision humaine et populaire d'une révolution. Les scènes en Assemblée sont passionnantes et parfaitement mises en scène, vivantes, avec les beaux textes des orateurs, et la séance finale des votes qui a une vraie ampleur tragique. Le côté fictionnel des scènes populaires, qui a l'avantage d'être pédagogique, de montrer le quotidien d'un quartier parisien, est moins convaincant, trop brouillon, et je pense que les acteurs nous sont trop connus et trop familiers pour nous plonger dans leur ferveur révolutionnaire. Visuellement c'est du beau cinéma, il y a des scènes magnifiques et symboliques, comme lorsque la lumière du soleil émerge enfin lors de la destruction de la Bastille, de forts bons interprètes, de remarquables costumes, une approche  ambitieuse, trop ambitieuse sans doute pour que ne soient pas noyés la vérité, les enjeux politiques et l'émotion, dans un trop-plein de scènes de fictions, d'acteurs trop connus : il y a de l'ampleur, de la profusion et de la confusion, mais c'est le propre d'une révolution, et c'est du cinéma qui propose sa vision.

Martine

Projections au Ciné Islais

Mardi 23 octobre : 18h00

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article